Aujourd'hui, je prends soin de ma planète

Aujourd'hui, je prends soin de ma planète - Noëlle Saugout et Daniel Ichbiah
Aujourd'hui, je prends soin de ma planète
Noëlle
Saugout
Noelle & monkey
Présidente de LAEO France

LAEO Association de protection
de la biodiversité
Daniel
Ichbiah
Daniel
Ecrivain

Redacteur en chef du magazine 'Comment ça marche'

DanicArt ed.

Découvrez comment vous pouvez, par des actions simples, non contraignantes, contribuer à sauver notre terre.

Présentation



nature
Iguane

outrage Certes, bien des faits évoqués dans ce livre risquent de soulever un sentiment d'indignation, un sentiment amplifié par le cynisme de ceux qui commettent chaque jour des crimes contre la nature, les plantes, les animaux et iraient presque jusqu'à s'en vanter.

pollution Pour le meilleur ou le pire, nous cohabitons avec ces tristes personnages, qui sèment la mort à petit feu.

S'offusquer n'est pourtant pas la solution.

Agneaux

Nous pouvons changer le cours des choses.

smile Simplement.

En modifiant quelques habitudes, en préférant certains produits naturels, en refusant de cautionner les actes des criminels contre l'environnement.

Un espoir existe encore de renverser la tendance.

Des exemples ?

Il y a une cerise sur le gâteau…




anim smile En suivant les conseils indiqués dans ce livre, vous allez non seulement aider la planète mais également réaliser de belles économies.

Car ces solutions, non contentes d'être non polluantes et donc bénéfiques pour la santé, sont également très bon marché !



Prendre soin de notre planète est une activité qui amène beaucoup de bonheur, de fierté et qui est souvent à la source de belles amitiés. C'est une action qui profite à nos enfants, à nos amis, à la faune et à la flore, et à tous ceux qui comptent pour nous.

L'introduction du livre :
TOUT N'EST PAS PERDU…

planete

Dans un monde parfait, ce livre n'aurait pas de raison d'être.

Mickey Vous refuseriez - nous l'espérons - de sauter du troisième étage, de boire un verre de jus de fruit au cyanure, de vous faire hara-kiri… L'épreuve serait trop désagréable, voire funeste.

Ce n'est pourtant qu'une question de dosage.

Quelle personne sensée ferait cela ?

Il est bon de poser la question puisque nous vivons tout de même une époque où les assauts contre l'environnement sont quotidiens. Et abondamment relayés par certains médias.

Pourtant, certaines personnes assument ces crimes de façon franche, opérant apparemment selon cette formule de Louis XV : " après moi le déluge ". Certains agissent ainsi parce qu'ils ont décidé de ne rien voir, d'autres par égoïsme, ou encore parce qu'ils privilégient des intérêts à très court terme.

Heureusement, il existe de nombreuses personnes de bonne volonté qui ne demandent qu'à résister à ces ignominies et tenter de sauver ce qui peut l'être.

En boycottant certaines marques, en changeant nos habitudes, en protégeant les abeilles et autres pollinisateurs, en consommant des produits 'bio' ; par notre refus actif de cautionner les crimes contre la planète, contre la nature et contre les animaux, chacun peut contribuer à changer le cours des choses.


abeille

La réflexion de Nicolas Hulot

Nicolas Hulot




"C'est étonnant qu'il faille dépenser autant d'énergie pour convaincre la planète de se sauver elle-même", a affirmé Nicolas Hulot.

Comment ne pas être d'accord ? D'ici une trentaine d'années, si certaines initiatives ont porté leurs fruits, nous serons peut-être sidérés de penser qu'il a fallu se battre pour empêcher que le pire ne se produise.

Si l'eau est devenue imbuvable, si l'air est vicié, si une pêche irresponsable a éliminé la majorité des poissons, certains déploreront amèrement que la parole de M. Hulot et autres défenseurs de l'environnement n'ait pas donné lieu à des actions plus efficaces de la sauvegarde de la planète. Le plus incompréhensible, c'est que tout le monde gagne à prendre soin de l'environnement.

Et oui… Se servir de produits naturels, refuser de consommer des plantes traitées au moyen de pesticides, c'est juste une approche sensée. Affirmons le haut et fort : agir ainsi, c'est faire preuve d'intelligence.

Irions-nous jusqu'à insinuer que ceux qui s'acharnent à défendre la vaporisation de produits chimiques sur les plantes, seraient non seulement dépourvus d'une conscience humanitaire mais manqueraient de jugement ?

Posons la question différemment.

Qui pourrait prétendre que contribuer à polluer cette planète, à encourager la consommation d'aliments viciés par les traitements chimiques est un acte sensé ?

Faisons l'effort de regarder en face ce qui nous attend si nous n'adoptons pas un comportement plus responsable envers la Terre.

Rapport WWF

Last Selfie WWF

De plus en plus, les chiffres sont alarmistes. Selon le rapport du WWF publié fin octobre, la Terre pourrait avoir perdu 67 % de ses espèces animales d'ici 2020.

Au passage, c'est tout un éco-système intégrant des plantes bénéfiques pour notre santé qui en pâtit. Les scientifiques attentifs au monde qui nous entoure, observent depuis quelque temps des signes tangibles du changement climatique : les oiseaux migrateurs sont de plus en plus sédentaires, les arbres se couvrent de feuilles de plus en plus tôt, leur chute est plus tardive.

Fort est de constater que l'accroissement du taux de CO2 allonge le temps de pollinisation, augmente la fréquence des crises d'asthme et attire chez nous certains insectes que l'on ne voyait pas jadis au-delà de la Méditerranée.

A propos des 'négationnistes' du réchauffement climatique

Chute glacier Le réchauffement climatique a d'ores et déjà eu pour effet d'élever le niveau de la mer, du fait de la dilatation de l'eau et de la fonte des glaciers. D'ici 2050, les calottes glaciaires pourraient bien avoir disparues.

Comme plus de 75 % de la population mondiale vit à moins de 100 mètres au-dessus du niveau de la mer, cela signifie qu'à terme, leur habitat est menacé. D'après la NASA, des villes comme Londres, Amsterdam, New York et Berlin pourraient finir sous les eaux. En France, Nantes, La Rochelle, Bordeaux seraient noyées, tout comme une partie de la Camargue.

Si ce scénario catastrophe n'est à ce jour qu'une fiction, il peut devenir réalité si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent à la vitesse actuelle.

La vérité, c'est que les actions en faveur de l'écologie n'ont que des avantages :

Bizarre, bizarre…

Comment se fait-il qu'il faille tant insister pour inciter chacun à adopter des actions comme celles que nous recommandons ici ?

Parce que certains, dans une vision aussi égoïste que stupide et à très court terme, s'acharnent, à coup de millions de dollars à faire passer le message suivant : ce n'est pas grave, la planète s'en sortira, nos corps s'habitueront à boire de l'eau polluée et à ingérer de la chimie dans les légumes…

A les en croire :

D'innombrables 'études scientifiques' sont publiées jour après jour, et mises en avant par des entreprises telles que Monsanto ou Bayer pour accréditer leurs thèses. Des études contradictoires dont on nous affirme qu'elles ont été réalisées - la phrase fait rire beaucoup de journalistes - 'par un laboratoire indépendant'. On nous apprend ainsi, soudainement, que les OGM n'auraient aucune incidence sur notre santé, que le réchauffement climatique ne serait pas créé par l'Homme, que le gaz de schiste ne polluerait pas les eaux… Des mensonges reproduits à grande échelle par une presse complaisante trop soucieuse de ne pas s'aliéner le budget publicitaire de ces pollueurs affirmés.

L'expert en gaz de schiste refuse de goûter à l'eau qu'il déclare saine

No Gazaran Prenons comme exemple le gaz de schiste. Ceux qui ont vu le film No Gazaran ne sont pas prêts d'oublier une fameuse scène. Un représentant de l'EPA, Agence américaine pour l'Environnement, se rend chez un particulier en Pennsylvanie, et lui délivre un certificat comme quoi l'eau de son domicile, infestée par les produits chimiques liés au gaz de schiste, est tout à fait potable. Le particulier en question ouvre alors le robinet, remplit un verre d'une eau saumâtre et le tend à la personne de l'EPA en lui disant :

" Puisqu'elle est potable, buvez-la ! "

Surprise : le représentant de l'EPA refuse d'avaler cette fameuse eau qu'il a pourtant déclarée saine !


L'expert de Monsanto pris à son propre piège

Lobby pro Monsanto Dans une autre séquence devenue célèbre, un lobbyste pro-Monsanto, Patrick Moore affirme, devant un reporter de Special Investigation (Canal+) que le glyphosate est sans danger, et va jusqu'à dire :

"Je ne crois pas que le glyphosate en Argentine cause le cancer. Vous pouvez en boire un grand verre et ça ne fait aucun mal".

Le reporter lui dit alors :

"Ah bon ? Vous en voulez ? Nous en avons là !"

Décontenancé, Patrick Moore se ravise alors et lâche alors cette phrase ahurissante :

"Je ne suis pas stupide…"

Il refuse donc de boire le verre qui lui est proposé mais malgré cela persiste et signe :


- Non, ce n'est pas dangereux pour les humains.
- Alors, vous êtes prêt à en boire un verre, redemande le journliste ?
- Non, je ne suis pas un idiot, dit alors Patrick Moore.

Moore met alors fin abruptement à l'interview et se lève, non sans avoir insulté au passage le reporter de Canal+.

Question : comment appelez-vous une personne qui prône l'usage d'un produit qu'elle refuse elle-même de consommer ?

Telle est la situation à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui. Des crimes quotidiens commis contre la planète, contre l'environnement et donc contre l'espèce humaine. Pourtant ils sont niés, justifiés ou minimisés par ceux qui les commettent. Ces derniers financent des lobbies puissants en vue de faire voter des lois allant dans leur sens et non pas celle du citoyen. Ces mêmes personnes sans foi ni loi inondent les médias d'informations du même acabit.

Des experts juges et parties

Scandale Depakine - données IGAS Par bonheur, les temps changent… Plus les années passent et plus les scandales sanitaires éclatent au grand jour. Là où les traiments naturels accomplissent parfois de petits miracles, bien des médicaments issus des laboratoires font scandale comme le Mediator dont la consommation a entraîné la mort de près de 2 000 personnes ou le Dépakine responsable de centaines de bébés nés avec une malformation !

Interviewé sur la question, Bruno Toussaint, rédacteur en chef de la revue Prescrire avait alors indiqué où se trouvait la faille :

" Quand l'Agence des Médicaments examine un dossier, elle demande l'avis d'experts qui bien souvent ont travaillé pour la firme ! Il en résulte un conflit d'intérêt. Certains experts ont tendance à prendre le parti du médicament et non pas de la santé publique. "

On pourrait évoquer quantités de cas du même genre, où des experts corrompus ont soutenu des substances ou des actes contraires à la santé publique et à la sauvegarde de l'humanité.

Des semenciers qui vendent des médicaments pour pallier aux insuffisances de leurs plantes

Pascal Poot, agriculteur biologique qui produit des tomates sur-vitaminées sans utiliser la moindre substance chimique a souvent été privé de parole par les médias. Que nous dit-il ?

Comment ça marche
Comment ça marche
Reportage t - Comment ça marche - août 2015
"Le lobby des semenciers a réussi à faire interdire les plantations naturelles car elles sont trop résistantes, ce qui impacte leurs profits. Il faut bien comprendre qu'il s'agit de multinationales : ce sont les mêmes qui vendent les semences, les produits phytosanitaires et les médicaments - elles ont d'ailleurs racheté les industries pharmaceutiques dans les années 1990.

Donc, comme les semenciers ont intérêt à vendre des produits de traitement, moins les espèces sont résistantes et plus ils en écoulent.

Le GNIS , qui représente les grands semenciers, influence la législation en faisant intervenir des spécialistes qui travaillent pour eux. Leur approche est machiavélique : ils vendent des semences de plantes particulièrement fragiles, qu'il faut régulièrement traiter et donc ils vendent aux agriculteurs des produits de traitement pour ces mêmes plantes.

Une fois qu'ils ont bien empoisonné la population, ils leurs vendent des médicaments. C'est machiavélique parce qu'ils empêchent que les gens soient en bonne santé !"

Bref. On ne peut faire confiance à l'information officielle, celle relayée par un grand nombre de médias, pour ce qui est des dégâts commis en matière d'écologie.

La triste réalité, c'est que cette planète et chacun de ses habitants sont sous le coup de graves menaces.

Puisque quelques esprits chagrins s'acharnent à nier le réchauffement climatique, à ricaner quand on ose en parler et à traiter de haut les naïfs qui 'gobent' ce qu'ils désignent comme une propagande, laissons la parole aux chiffres :

Si vous êtes un adepte de l'autodestruction, personnelle ou collective - ne serait-ce qu'à petit feu - pas de souci, ce livre ne vous concerne pas.

la mer

Si en revanche, vous avez à cœur de faire du bien autour de vous, d'améliorer la vie de ceux que vous aimez, de participer à faire que ce monde demeure agréable à vivre pour les générations futures, de tenter d'inverser ce qui peut l'être, alors, nous vous proposons d'intégrer dans votre quotidien diverses actions simples, qui comme les petits ruisseaux, peuvent faire de grandes rivières.

N'attendons pas que tout vienne de ceux qui nous gouvernent. La sauvegarde de la planète, c'est l'affaire de chacun de nous.

Le citoyen dispose d'un pouvoir insoupçonné. Que ce soit par le simple choix des produits qu'il achète ou boycotte, par son comportement responsable, par l'exemple qu'il donne aux autres, chacun de nous peut influencer le cours des choses.

Par bonheur, à la différence des douze travaux d'Hercule, les actions suggérées ici sont simples à mettre en pratique et vont améliorer votre existence, votre santé, votre bien-être… Mieux encore, elles vont être à l'origine d'économies substantielles !

Alors, on y va ?

elephants

Qui sont les auteurs ?

Noëlle Saugout

Baxt

Depuis 2005, Noëlle Septier Saugout est présidente de LAEO, L'Association de protection de la biodiversité fondée par le conversationniste sud-africain Lawrence Anthony en 2003.

Co-auteure de deux livres avec Daniel Ichbiah (Sauver la Terre et Ma Maison Ecolo, 365 gestes verts au quotidien), elle est également la traductrice avec Michel Saugout des biographies de Lawrence Anthony (L'Arche de Babylone et L'homme qui murmurait à l'oreille des éléphants), ambassadrice des jardins au naturel et aussi photographe animalier.

Daniel Ichbiah

Danic

Ecrivain et rédacteur en chef de Comment ça marche, Daniel Ichbiah a été deux fois n°1 du Classement Général des ventes

Avec :

Liens d'achat

Version papier

couv livre

Versions numériques


Amazon
Kindle
Apple
iPad



En achetant ce livre en version Kindle, vous contribuez à la sauvegarde des éléphants et des rhinocéros. En effet, une partie des fonds récoltés est allouée à l'association LAEO.

Daniel Ichbiah site Web


Site Web Daniel Ichbiah
eBooks
Documents

Fiche de la page

Découvrez comment vous pouvez, par des actions simples, non contraignantes, contribuer à sauver notre terre.