L'histoire de BGE - extrait de la biographie de Michel Ancel

Daniel Ichbiah. Pix'n Love. 2010

L'histoire du créateur de Rayman, des Lapins Crétins et de BGE.
Michel Ancel


Et si c'était un insecte ? Le papillon.
Un sport ? Le frisbee.
Un animal ? Un mutant avec des gênes de dauphin et de oustiti.
Une saison ? Une journée printanière émaillée de fines goutelettes de pluie.
Un film ? Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Un créateur de jeu vidéo ?… Michel Ancel.

Extrait du chapitre 5 - Les yeux de Jade

BGE

(...)

Jade Beyond Good and Evil a été le fruit de ces réflexions. Un univers déroutant au premier abord et qui nécessite que l'on donne de soi pour l'apprivoiser. L'on connaissait le jeu de simulation, les enquêtes policières, les aventures à énigmes en tiroir. Ancel invente ou co-invente le jeu à message. L'héroïne Jade est une Lara à l'ère de Metal Gear, plus proche de Thelma que de Louise, avec un arrière goût de garçon manqué. Une saga qui au détour d'une action suscite une réflexion, un genre dont le cinéma est friand - de Chinatown à Billy Elliott pour ne citer qu'eux.

BGE

Quelque chose ne tourne pas rond dans le monde de la petite Jade. L'information est triturée, malaxée, créée de toutes pièces en vue de projeter un paravent mensonger sur la population. Tiens donc… Matrix n'est pas bien très éloigné. La propagande du camp Bush en vue d'une attaque en force n'est pas loin non plus. Imparable, la fantaisie pointe le bout de son nez malgré la retenue de rigueur : là où Rocky s'épanchait à ses poissons rouges, Jade a pour compagnon un sympathique goret. Puisqu'il faut entrer à coup de chausse-pied le jeu vidéo dans l'ère de maturité, adoucissons la manœuvre en conservant un ancrage léger dans l'Olympe ludique…

Il se trouve juste que Michel Ancel n'a rien d'un militant. Avec la meilleure bonne volonté du monde, l'on peine à l'imaginer participant à un meeting revendicatif. Lorsque le quotidien Libé osera effleurer la question, l'intéressé s'en tirera d'une pirouette avouant se situer dans un no man's land politique, une position digne d'un esprit naturellement libre. L'être est trop détaché, ludique et aérien pour se mêler à une croisade d'un monde des adultes auquel il ne semble participer que sur la pointe des pieds. Quelques années plus tard, en visite officielle chez un ministre, il ne parviendra même pas à endosser un costume : c'est au-dessus de ses forces.

L'on ignore d'ailleurs si une cravate a jamais orné ce torse balnéaire… D'ailleurs, comment Rayman pourrait-il arborer cet ustensile dès lors qu'il ne dispose pas d'un cou réglementaire sur lequel opérer le nœud ?

(...)

" Une certaine propagande flottait autour de cela. J'avais vraiment le sentiment que les guerres étaient là pour faire peur aux gens, qu'il s'agissait d'une forme de manipulation, " raconte Ancel.

Beyond Good and Evil (BGE) est dans la couveuse…

Jade

" L'idée était de véhiculer des messages. Un des thèmes de BGE est que la guerre est factice ; elle est créée de toutes pièces. En apparence les extraterrestres attaquent les humains, en apparence, des gens sont là pour nous sauver. Cette soi-disant guerre n'est pourtant là que pour créer un climat, effrayer les populations et les contrôler. Derrière cela se trouve une intention de profiter de la situation. "

Jade with pig

L'épopée est celle d'une reporter photo assoiffée de vérité, la fort bien nommée Jade. Aidée d'un cochon, Pey'j, elle enquête sur des disparitions et va progressivement tirer les ficelles d'une manœuvre sur la population décidée en haut lieu. En évoquant son oeuvre, Ancel cite des mots tels que " chaleur ", " émotion ", que l'on associerait plus souvent au cinéma qu'au vidéoludique. Parmi ses influences, il cite Daniel Pennac et ses familles reconstituées au fil des hasards.

Jade " Jade a été élevée par un vieil homme baroudeur qui l'a fait par obligation. J'aime ce côté tolérant qui fait que des gens différents peuvent vivre ensemble. "

Jacques Exertier, l'animateur que Ancel a rencontré lors des dernières semaines de travail sur Rayman et dont le rôle a été essentiel sur Rayman 2 est naturellement mis à contribution. Celui pour qui rien ne semble impossible s'avère doté d'une véritable aptitude de conteur d'histoires. Il va jouer un rôle important dans la scénarisation et dans l'écriture des dialogues.

exertier

"Dans ma carrière, Beyond Good and Evil a constitué un virage. C'est avec ce jeu que nous avons essayé de développer des personnages avec une certaine profondeur psychologique comme on peut le voir dans le cinéma," a raconté Jacques Exertier.

ville

L'action se situe sur un territoire imaginaire au sortir d'un bombardement et amène Jade à démonter le mécanisme de la propagande pro-guerre qui est assénée à la population comme un écho à ce que vit alors l'Amérique à la suite de l'épisode des deux tours de New York. Au fil des missions, des slogans apparaissent sur les murs, signe d'un début de rébellion. La population ira jusqu'aux manifestations puis jusqu'au soulèvement.

Tel est le projet que Michel Ancel vient présenter à Paris et pour leque, compte tenu du palmarès de Rayman, Serge Hascoët lui donne carte blanche pour un nouveau titre. Il se trouve aussi que BGE dispose d'un allié de taille dans la place : Yves Guillemot, le PDG d'Ubisoft demande à suivre lui-même la réalisation du nouveau jeu de près…

" Nous étions en direct avec Yves, nous ne passions pas par les structures habituelles d'Ubisoft. C'était un peu un projet personnel pour lui et il y a énormément cru. Il l'a fortement soutenu. "

En prévision de la réalisation de BGE, un nouveau studio de développement est monté à Montpellier.

Pourtant, l'aventure BGE démarre dans la difficulté. Vers le début du projet, alors que Michel Ancel vient d'effectuer une démonstration à plusieurs cadres d'Ubisoft venus expressément à Montpellier, une bonne moitié de l'équipe de vingt-cinq personnes annonce déserter le navire !…

Ils partent comme un seul homme et s'en vont monter un studio de développement à proximité de celui d'Ubisoft Montpellier ! Ancel qui n'a jamais connu une telle situation en est tout retourné.

ancel

"Il y avait parmi eux un grand nombre de gens que j'avais embauchés et formés. C'était donc assez dur à encaisser sur le plan personnel. Ils sont partis du fait qu'il s'agissait dès l'origine d'un projet complexe qu'ils n'arrivaient pas à cerner. Nous passions d'un jeu de plate-forme à un énorme jeu d'aventure avec plusieurs personnages à diriger simultanément mais aussi un vaisseau l'on part vers la Lune... Il fallait raconter une histoire, développer des heures et des heures de jeu.

Avec le recul, je peux comprendre qu'ils ne l'aient pas bien appréhendé. J'avais ma part de responsabilité. Lorsque l'on n'a jamais réalisé un tel jeu, il est difficile de comprendre où il commence et où il se termine. C'était une création que je considérais comme personnelle et donc, il m'était difficile d'en partager la vision avec certaines personnes."

Qu'à cela ne tienne… D'autres rencontres sont attendues. Michel Ancel fait bientôt la connaissance d'un musicien de choix, Christophe Heral, accoutumé à composer pour la télévision mais aussi sur des longs métrages ou documentaires. C'est l'un des dessinateurs de Rayman 2 qui a conseillé à Michel Ancel de le découvrir.

image Arte

Ancel débarque dans une vieille ferme, dans l'arrière pays. Brun, avec un accent à couper au couteau, Heral a une quarantaine improbable, son âge paraissant indéfinissable. Ancel découvre un homme très attaché à la culture du Sud : Heral l'invite dès l'abord à déguster un " pelardon ", fromage de chèvre de la région, une bouteille de blanc et d'autres produits locaux. Il se distingue par une joie de vivre permanente doublée d'une grande générosité mais aussi un savoureux franc parler.

Doté, à en croire Ancel, d'un immense talent, Heral semble pouvoir jouer de tous les instruments possibles et imaginables, dans les styles les plus divers, du classique au rock. Porté au voyage, il se rend souvent aux quatre coins du monde, dispensant des cours ou participant à des expériences musicales.

" Heral a apporté énormément à BGE en terme de vision. En tant qu'homme de l'audiovisuel, il nous a souvent fait part de ses réflexions. C'est quelqu'un qui pousse les projets vers une certaine maturité "

Yves

Une fois n'est pas coutume, Yves Guillemot effectue plusieurs déplacements jusqu'à Montpellier afin de suivre les évolutions du projet.

Lors des débuts de BGE, une scène qui n'a pas été conservée dans le jeu final et qui se déroule dans un mouvement religieux minoritaire, lui est présentée. Lors de la présentation de cette scène, Yves Guillemot félicite Heral pour la qualité des musiques qu'il a inventées.

Ce dernier lui confie alors qu'il s'est inspiré des chants que l'on peut couramment entendre à l'église. Il ponctue sa remarque d'une opinion spontanée :

" Finalement, l'église catholique, c'est une secte qui a réussi !"

Un ange passe… Le désarroi devient clairement visible sur le visage de Yves Guillemot dont la foi est proche du catholicisme.

" Heral fait souvent des gaffes. Là, il s'est aperçu qu'il était tombé dans un gouffre et que personne n'allait le repêcher ! C'était vraiment très drôle, " raconte Ancel.

À la suite d'un long silence, Yves Guillemot articule un semblant de réponse, le plus poliment possible :

" Permettez-moi de ne pas être d'accord avec vous."

Entre la phase de conception décrite comme agréable et le CD prêt à dupliquer, il s'écoule 4 ans " sans lever le pied " une situation pas toujours idéale au niveau familial. Quatre années durant lesquels, du haut de sa trentaine, il supervise une quarantaine de personnes. Durant cette période, l'aspect de Jade va évoluer trois fois et l'équipe va expérimenter de nouveaux types d'Intelligence Artificielle.

" Le développement de BGE a été laborieux. Nous avions initialement prévu de réaliser trois ou quatre fois plus que ce qui s'est retrouvé dans le jeu final. C'était une superproduction mais nous ne disposions pas de l'organisation adéquate. Nous avions estimé à tort, que nous pourrions nous en sortir sans producer. Je m'occupais de l'organisation en plus de la création et il est difficile de faire les deux. "

Cette longue phase de développement est tout de même entrecoupée ici et là d'épisodes hauts en couleur. Un jour, Jacques Exertier s'est mis en tête que le métier de cascadeur, c'est uniquement de l'entraînement ! Afin d'en apporter la démonstration à ses collègues, il se jette en plongeant dans l'escalier. Il roule durant deux ou trois étages puis se relève comme si de rien n'était.

" Exertier a une volonté d'accomplir les choses, de croire que cela va être possible, qui est assez remarquable. Il arrive à s'en convaincre et à réussir. "

Exertier et Ancel se chargent du casting pour ce qui est des voix et le second supervise l'enregistrement à Londres. La tâche est conséquente car BGE comporte des heures entières de dialogues. C'est à l'actrice Emma de Caunes que revient le privilège de doubler la voix de Jade dans sa version française.

Jade / Pig

Beyond Good & Evil est une grande réussite au niveau graphique. On peut y admirer la mer modélisée en 3D, des décors immenses avec la possibilité de regarder à perte de vue, les montages situées au loin. Des dizaines de muscles sont articulés sur les visages, ce qui leur donne un grand réalisme. Pourtant, la désillusion est au bout du chemin… Lorsque BGE est présenté au grand salon international du jeu vidéo qu'est l'E3 de Los Angeles, il semble n'intéresser personne.

Dans une salle qu'a réservée Ubisoft, Michel Ancel effectue sa démonstration devant un parterre de journalistes indifférents et l'accueil général est mitigé. Il explique à qui veut l'entendre qu'il assimile sa fonction à celle d'un réalisateur de film, mais sans parvenir à faire vibrer une corde chez ses interlocuteurs.

" Nous avons voulu faire quelque chose de différent. Nous avons voulu mettre en valeur l'histoire et l'émotion que l'on peut ressentir au travers des personnages. Le joueur a l'impression de vivre un film et non pas une suite d'actions. Tandis que l'on joue, des choses se passent autour de nous : quelqu'un se fait kidnapper sous nos yeux, nous voyons des gens se révolter contre la propagande, tout cela donne un sentiment d'immersion très fort. "

Avec le recul, Ancel livre cette analyse :

" Il n'y avait aucun buzz autour du jeu, nous avions l'impression de nous donner à fond et que rien ne se passait autour. Jade n'était pas spécialement sexy, elle n'avait pas de pistolet, pas de gros nichons. Elle n'était pas dans les standards de ce qui pouvait fonctionner à cette époque. Nous avons cependant essayé de faire un personnage qui puisse avoir suffisamment de charisme et de retrait pour laisser une place à l'imaginaire des gens. Ce n'est pas une bimbo ravageuse, nous l'avons voulue proche des gens. "

Jade dans BGE

Quelques semaines après l'E3, Jade change à nouveau d'apparence. Elle paraît trop petite et trop jeune. Son nouvel aspect apparaît désormais plus "militaire".

Dans Gamespy, Ancel s'en explique :

" C'est vrai. Dans le même temps, elle va être amenée à infiltrer des zones dangereuses et il faut que l'on puisse y croire. "

Après avoir eu son lot de nuits blanches et vécu de manière obsessionnelle durant tant d'années, Ancel et ses acolytes voient le jeu prendre sa route et vivre sa propre vie. Il est dans les bacs en novembre 2003.

À la différence de la douche froide de l'E3, la critique se montre dithyrambique, ce qui semble de bonne augure. Le 18 novembre 2003, Michel Ancel a droit à son portrait dans Libération. Pour l'occasion, il marque son territoire :

" Le photographe m'a demandé de prendre diverses attitudes 'Matrix' ou joueur halluciné. Je lui ai expliqué que nous cherchions à sortir du jeu vidéo 'post-ado' où seuls la taille des flingues et les mensurations des protagonistes importent. "

Hélas, commercialement, la déception est au rendez-vous. Les ventes se révèlent molles. Ancel, qui envisageait initialement une trilogie, doit abandonner pour l'heure cette intention.

" BGE était sans doute un peu décalé par rapport à une notion de marché. À l'époque, nous avions vraiment le sentiment de réaliser quelque chose d'original. Nous pensions alors que cette originalité rencontrerait son public. "

" L'expérience a été difficile : nous avions travaillé très durement pour n'obtenir au final qu'une maigre reconnaissance. Tout comme nous, Yves Guillemot a vécu avec peine le fait que BGE ne soit pas un succès. L'expérience avait été intéressante pour lui comme pour nous. Il est difficile de faire un jeu et le succès n'est pas toujours au rendez-vous. "

Un pli a pourtant été pris et d'une certaine façon, BGE va permettre King Kong…

" C'est un projet qui nous a fait passer d'un univers un peu enfantin à un univers de film avec une notion d'écriture. Il nous a fait prendre conscience de ce que pouvait être une super-production et de la complexité inhérente. Nous avons ouvert davantage encore nos connaissances envers d'autres médias. "

Là n'est pas tout… BGE va connaître une seconde vie. Son contenu était peut-être trop dense pour se laisser appréhender aisément. À la manière d'un vaste continent dont les trésors ne seraient dévoilés qu'à de patients explorateurs, il nécessite une approche patiente, un investissement personnel, une réelle volonté d'en découvrir les méandres.

" Il faut savoir que les morceaux de musique de BGE ont connu un succès phénoménal puisqu'il s'agit des seules musiques de jeu d'Ubisoft que l'on peut entendre au Video Games Live, un orchestre qui tourne autour du monde et reprend les thèmes des grands titres du domaine. "

Peu à peu, un véritable fan-club essaime autour des pérégrinations de Jade et une litanie va bientôt se répandre parmi ceux qui ont cohabité avec la journaliste et son compagnon à groin : " à quand une suite ?… "

Des années après la sortie, Ancel et Christophe Heral se sont même retrouvés dans l'une des plus grandes salles de Londres devant un public de six mille personnes pour présenter BGE devant les fans britanniques du jeu.

Jade E3

" Il faut savoir que sept ans plus tard, l'on trouve des sites de fans encore actifs avec de nouvelles contributions quotidiennes. C'est hallucinant. "

" À l'exception peut-être de Asssassin's Creed, je pense pas qu'il n'y a jamais un jeu d'Ubisoft qui ait généré un buzz aussi fort que lors de l'annonce d'un potentielle suite de BGE… Nous avons vu s'afficher des dizaines de milliers de commentaires sur les forums… "

" De tous les jeux que j'ai réalisés, c'est celui qui a finalement connu le plus grand buzz… " (...)

Où trouver la biographie de Michel Ancel ?

Site de Pix'n Love

Librairies en ligne

Fnac.com

Amazon

Autres livres sur l'histoire du jeu vidéo

Daniel Ichbiah site Web

 

Daniel Ichbiah

Daniel Ichbiah

Daniel Ichbiah a été deux fois n°1 du hit-parade des ventes.

Avec :

et n°3 avec Michael Jackson, Black or White ? (en décembre 2014)